Votre destination

Terre de pionniers et d’explorateurs, Madagascar est encore loin d’avoir livré  tous ses secrets. Voilà bientôt 20 ans que les adeptes des sports et loisirs de plein air se sont lancés dans la recherche de spots de pratique sportive.

Madagascar a vu sur ces deux décennies défiler les meilleurs athlètes mondiaux dans leurs disciplines respectives.

Les sports d’aventure drainent maintenant une clientèle de plus en plus importante et pourraient bien devenir dans les années à venir une composante non négligeable du secteur touristique.

PARAPENTE
Le ciel malgache est ouvert, sans lignes électriques, ni restrictions de vol. De nombreuses écoles étrangères (principalement Réunionnaises et métropolitaines) organisent des stages/séjours sur l’île au plus grand bonheur des amateurs de vol libre. Les régions de Tananarive, Itasy et Tsaranoro connaissent la plus grosse fréquentation avec d’excellentes conditions de vol.

TRECK
Camping - Photo Gilles GAUTIERUne activité classique devenue partie intégrante de l’offre des opérateurs locaux. Madagascar est une terre de marcheurs et le terrain se prête particulièrement bien à cette pratique. De l’excursion classique jusqu’aux parcours les plus longs et isolés de plusieurs semaines à Tsaranoro et sur le Pic Boby ou sur les pentes du Tsaratanana. Les traversés au pays Zafimaniry et dans le forêt Zahamena, e traversé et le tour de Masoala. L’offre des opérateurs locaux couvre quasiment la totalité du territoire et peut s’envisager très aisément.

 

 ESCALADE
Au même titre que le trek, on pourrait considérer que cette activité est aujourd’hui devenue un classique du paysage local. Deux spots de renommée internationale se sont développés depuis une dizaine d’années. Le premier au sud d’Ambalavao, sur le flanc ouest du massif de l’Andringitra (vallée du Tsaranoro) célèbre pour ses «big walls» de granite et le deuxième à la pointe nord de l’île autourde Diego Suarez, sur de spectaculaires falaises de calcaire. Ces deux spots d’exception ont acquis en quelques années une réputation internationale totalement justifiée.

Escalade - Photos Gilles GAUTIEREscalade - Photos Gilles GAUTIER

CANÖE
Canoe - Photo Dilan ToursQuelques rivières sont devenues extrêmement commerciales (Tsiribihina, Pangalanes). Il existe de nombreux parcours en eau calme qui restent totalement isolés du reste du pays et peuvent offrir une richesse de paysages et de contacts humains, tout à fait remarquables (Manambolo, Mangoky). Il est possible d’organiser ces descentes en autonomie mais le passage par un opérateur local paraît quasiment inévitable pour gérer les problèmes logistiques sur ces parcours.

KAYAK, RAFTING
Kayak, RaftingLe réseau hydrologique de Madagascar est incroyablement dense et toutes les régions de l’île sont parcourues par une multitude de ruisseaux, torrents et rivières offrant des parcours tout à fait exceptionnels pour les amateurs d’eau vive. L’activité connaît un développement très rapide, pourtant des centaines de cours d’eau restent à explorer. Il est aujourd’hui possible de louer du matériel de rivière de qualité et même de trouver des guides de rivière locaux en kayak, raft et cata raft.

VOILE
Voile à Madagascar - Photo Gilles GAUTIERNosy Be offre le parc le plus important de voiliers à louer (avec ou sans skipper) et une navigation particulièrement adaptée à la croisière côtière. Quelques établissements possèdent dériveurs et hobby cats pour une pratique plus sportive et le régime des alizés offre par régions de formidables opportunités de jeu. Les pêcheurs Vezo, traditionnellement nomades de la mer, l’ont bien compris, et le sud ouest de l’île permet l’organisation de raids en pirogues et/ou boutres des plus exceptionnelles.

ACCRO BRANCHE
Accro branche - Photo Jerome LhuillierDeux sociétés se partagent aujourd’hui le marché naissant de cette activité en pleine croissance. On attend l’installation de nouveaux pionniers pour développer des parcours sur les zones les plus fréquentées et adaptées à une telle pratique. Une toute nouvelle structure vient de se monter sur Maroantsetra et devrait permettre de splendides expéditions sur la péninsule de Masoala.

 

 

SPELEOLOGIE
Pour anachronique que cela puisse paraître, la spéléo est sans doute le plus ancien des sports d’aventure qui ait été pratiqué au pays. Dés les premières heures de la colonie, les grottes ont été explorées tout d’abord dans un but scientifique puis dés les années 50, l’université de Tananarive avait crée un club local, le GSM (groupe spéléologique de Madagascar) qui réalisa de nombreuses missions d’exploration sur les karsts malgaches. La visite des grands réseaux des Tsingy (principalement dans l’Ankarana et le Bemaraha) est aujourd’hui un produit incontournable des offres touristiques locales.

VTT
Les produits se mettent en place et certaines régions de l’île se prêtent merveilleusement bien à des parcours hors pistes. Les opérateurs locaux ont su créer des parcours superbes des Hautes Terres jusqu’à la côte. PARACHUTISME
Quelques structures étrangères ont organisé dans le passé des rassemblements de parachutistes et des résidents locaux essayent de mettre en place des rassemblements annuels qui permettraient de planer plus haut dans un ciel libre et sans contraintes.

SURF
La gauche de Lavanono fait partie des légendaires vagues qu’il faut avoir surfé ! La région de Fort Dauphin à Tuléar est riche en vagues d’anthologie et l’activité se développe rapidement dans cette région avec la venue de nombreux surfeurs sud africains et réunionnais. A noter l’ouverture d’une école à Mahambo, un des seuls spots de la côte est au nord de Tamatave. L’école tenue par un malgache qui a évolué sur le circuit pro offre, des stages d’initiation et de perfectionnement pour tous niveaux et organise également de superbes surfaris.

WIND ET KITE SURF
S’il est possible de louer du matériel dans la plupart des stations balnéaires, les deux spots incontournables pour ces sports sont Fort Dauphin et Diego Suarez. La tenue de compétitions internationales devant l’hôtel «La baie des Sakalava », prés de Diego aura fait beaucoup pour faire connaître le potentiel de l’île sur ce créneau. Les amateurs adorent et en redemandent. Deux spots dans la région de Tuléar : Anakao et Ambolomailaka (à 40 km Nord de Tuléar).

KAYAK DE MER
La première expédition sérieuse de rameurs suédois s’est tenue en Novembre 2007. Le potentiel de certaines parties de la côte ouest laissent présager un développement important de ce sport, qui connaît un essor spectaculaire dans le monde entier. D’ailleurs, Cette activité est en train de se développer à Nosy Be et plus précisément sur l’île de Sakatia. La Grande Iles dispose d’un potentiel exceptionnel pour le kayak de mer. Les spots principaux sont Nosy Be et les Iles Radama, le lagon des Vezo (Morombe/Tuléar) et la Péninsule de Masoala, la baie d’Antongil et les 600 km du canal des Pangalanes qui permettent de naviguer en eaux douce dans un environnement de faune et de flore incomparable.

NAGE EN EAU VIVE
Très limité aux rivières des Hautes Terres en raison de la présence de nos ancêtres crocodilesques aux longues dents et à l’appétit féroce.

PECHE
Pêche à MadagascarLes centres de pêche majeurs sont principalement dans le Nord (Diego et Nosy Be). Sainte Marie sur la côte est, Belo sur Mer au sud de Morondava, Tuléar et Fort Dauphin offrent aussi d’excellentes possibilités de pêche sportive avec un encadrement et du matériel professionnel. A noter que de plus en plus d’opérateurs pratiquent aujourd’hui la pêche «No Kill» qui implique la remise à l’eau des prises après leur capture. Une attitude responsable à encourager.

 

PLONGEE
Sans doute le sport le plus pratiqué par les visiteurs. Lagons, passes, récifs et tombants ceinturant l’île offrent un terrain de jeu exceptionnel et des possibilités d’exploration quasi infinies. La plupart des stations balnéaires offrent d’excellentes presta- tions tout au long de l’année.

CANYONING
L’ouverture de nombreux parcours dans des régions différentes (massif du Tsaratanana, Vohidahy à l’est d’Ambositra, Itasy), accroît la fréquentation des canyons et cascades locales malgré parfois les difficultés d’accessibilité.

BASE JUMP
Jumping - Photo Gilles GAUTIERPeut être la plus spectaculaire des activités pratiquées à Madagascar. Le massif du Tsaranoro offre plusieurs sauts de 500 à 800 m et ont déjà attiré une dizaine d’expéditions internationales. On ne peut pas dire que ce soit un sport très «populaire» et l’aspect technique de cette activité réserve celle-ci aux pratiquants les plus expérimentés.

 

 

 

 ULM-PARAMOTEUR
Ces drôles d’oiseaux fréquentent le ciel malgache depuis une vingtaine d’années et les pilotes sont unanimes quant aux possibilités et à la qualité du ciel local. Quelques appareils sont plus ou moins disponibles sur Tuléar/ Ifaty, Morondava, Antsirabe, Antananarivo et Nosy Be. Il est probable que le développement du tourisme favorise la mise en place de bases plus structurées et la création de produits tout à fait exceptionnels.

MOTO
Mada, c’est une terre pour les motards ! Deux compagnies très professionnelles se sont développées depuis une quinzaine d’années et offrent des raids fabuleux aux amateurs de latérite, de boue et de sable. Accessoirement, la moto vous ouvrira des régions qu’il est quasiment impossible de parcourir autrement, si ce n’est à pied !...

QUAD
Ca y est, les quads sont arrivés à Mada. Certains voient ça comme un progrès, d’autres comme une nuisance. L’Ile compte des dizaines de milliers de kilomètres de pistes défoncées pouvant mener aux régions les plus isolées de l’île et permettent l’organisation d’expéditions tout à fait uniques. De nombreux quads se louent facilement sur la plupart des régions touristiques et permettent des ballades fantastiques.